Prendre l’avion

Pour les personnes ayant une BPCO évoluée, prendre l’avion suppose des précautions. En effet, le vol, comme un séjour en altitude, risque d’accentuer le manque d’oxygène dans le sang (ce que les médecins appellent hypoxémie). Avant le voyage, le médecin dira s’il peut être nécessaire d’être mis sous oxygène pendant le vol, ou d’adapter le débit de son oxygénothérapie si on est déjà traité (voir la fiche oxygénothérapie). Pour pouvoir bénéficier de l’assistance proposée par les aéroports aux passagers malades, il faut prévenir à l’avance le service médical de la compagnie d’aviation qui enverra un imprimé spécifique à faire remplir par son médecin traitant ou son pneumologue.