Bien s’alimenter

Pour les personnes en surpoids, les kilos en trop aggravent l’essoufflement et réduisent davantage la capacité pulmonaire.

À l’inverse, les personnes atteintes de BPCO aux stades évolués sont souvent sujettes aux problèmes de dénutrition et, dans ce cas, il faut donc être attentif à une éventuelle perte de poids et à une fonte musculaire qui sont de mauvais pronostic. Trop de poids ou pas assez, dans les deux cas, les conseils du médecin et si possible d’une diététicienne sont précieux. Ils aident à se rapprocher le plus possible d’un poids normal, ce qui est important pour une bonne respiration.

Toutefois, lorsqu’il existe un simple surpoids sans obésité, il ne faut pas chercher à tout prix à maigrir. En effet, pour des raisons incomplètement élucidées, un léger surpoids semble exercer un rôle protecteur.